L’anthropomorphisme et ses pièges

anthropomorphisme et les chats

Qu’est-ce que l’anthropomorphisme?

Par définition, l’anthropomorphisme est la tendance à attribuer des sentiments , des idées et des actes humains à d’autres entités comme les animaux.

Dans notre domaine, il s’agit de notre capacité à projeter des motivations et des émotions humaines sur l’animal. Ainsi, nous prêtons facilement aux chiens, chats et chevaux des attitudes et des sentiments qui sont pourtant typiquement humains. On parle aussi de projection anthropomorphique.

Cette tendance anthropomorphique de l’homme à l’égard de son animal de compagnie est soutenue par ce lien affectif qui l’unit à lui. Cela conduit à lui attribuer des facultés et sentiments humains pouvant masquer ses réelles émotions. En effet, cela peut conduire à des interprétations erronées qui vont à l’encontre de leurs vrais besoins.

Par exemple, certaines personnes anthropomorphiques déduisent d’une situation qu’un chat est « jaloux », « méchant », « gentil », « voleur », « dominant », « soumis », « égoïste », « compréhensif ».  Mon chat a de la compassion, ….

Posons-nous la question s’il s’agit vraiment des bonnes explications  dans de telles situations? Malheureusement, certaines personnes ne veulent pas croire à toute autre raison que celles à laquelle elles croient. Voire même, dans la majorité du temps, elles prétendent que leur chat ressent les mêmes sentiments et les mêmes émotions qu’elles.

Ces personnes là, généralement généreuses et foncièrement gentilles, offrent les plus grands soins à leurs compagnons à moustache. Cela peut même les conduire à s’empêcher de partir en vacance parce qu’elles ne supportent pas l’idée que leur chat puisse s’ennuyer. Ces personnes avec un anthropomorphisme surdéveloppé, risquent de passer à côté de certains plaisirs de la vie à cause de fausses perceptions qu’ils projettent sur leur animal.

L’anthropomorphisme ou quand on aime trop nos animaux?

D’ailleurs, la société dans laquelle nous évoluons est championne d’anthropomorphisme. En effet, elle perpétue des mythes anthropomorphique sur les animaux.

Par exemple, quoi de mieux que de faire croire en l’action héroïque d’un chat qui a sauvé un enfant attaqué par un chien ou un chien qui a réveillé ses propriétaires pour les sauver d’un feu!

 

Ce sujet reste un sujet délicat à aborder et probablement compliqué à comprendre et à accepter pour ceux qui ont cette tendance anthropomorphique à projeter sur leur animal. J’espère que cet article vous permettra de vivre une relation plus saine avec votre animal.

La jalousie et les chats

Prenons l’exemple courant suivant:  » Mon chat est jaloux de mon nouveau conjoint car il fait pipi sur le côté du lit où il dort ».

En réalité, ce comportement soudain de votre chat traduit de l’anxiété en raison de ce changement avec l’arrivée d’une nouvelle personne dans son entourage. Ce comportement félin est normal. A vous de l’aider à mieux vivre ce changement dans son environnement.

Le deuil et les chats

anthropomorphismeCet anthropomorphisme est courant chez l’homme. En réalité, les chats ne ressentent pas le deuil (désolée de vous décevoir) mais plutôt une détresse émotive où ils recherchent la personne disparue qui faisait partie de leur environnement et de leur routine de vie. En d’autre terme, ils sont désorientés parce qu’ils ont perdu cette présence à laquelle ils s’étaient habitués et qui les sécurisait. Bien que les chats ne ressentent pas le deuil, la perte d’un être cher pour le chat socialisé peut être source d’un stress émotionnel intense.

Face à une telle situations, les chats vont mettre en place, avec le temps, une nouvelle routine et rechercher de la sécurité d’une nouvelle façon.

Dans certaines cas, la disparition du maître peut se manifester chez le chat par un perte d’appétit. Voire même, le chat se laisse mourir. Bien que les chats ne ressentent pas le deuil à proprement parlé, ce comportement chez certains chats souffrant d’anxiété de séparation s’explique par le fait qu’ils n’ont ni la maturité, ni le contrôle émotionnel pour se forger une nouvelle routine en l’absence d’une personne avec qui il a vécu de nombreuses années. Ce type de comportement, bien qu’extrêmement rare, suffit de se produire une fois pour que cela devienne une réalité. Pourtant, dans la réalité, il y a des milliers de personnes qui meurent chaque jour sans pour autant que leur chat soit perturbé.

L’amour et les chats

Avant tout, il est bon de rappeler qu’un chat n’adopte un comportement que si celui-ci lui est profitable (lui rapporte quelque chose en échange). Dans ces propos, on ne parle pas uniquement de nourriture ou de gâterie mais aussi d’attachement réciproque entre l’homme et l’animal.

Prenons l’exemple de mon chat Guinness. Guinness, qui n’aime pas beaucoup les caresses (c’est elle qui choisit quand elle veut être caressée), est plus proche de mon conjoint que de moi car je suis trop pot de colle. Guinness préfère donc être plus près de mon conjoint que de moi car sa façon d’être lui convient mieux. Et, c’est la même chose pour nous les humains. Si nous sommes en couple, c’est parce que la présence, la personnalité et les goûts de l’autre nous apporte et nous rapporte quelque chose. Non? C’est pareil pour le chat. Alors, si l’amour est ainsi défini, alors oui un chat aime.

Mais nous savons toutes et tous que l’amour est plus complexe que cela. C’est bien plus que cela. Et c’est là que l’on trouve différence entre l’homme et le chat. Bien que l’on a le sentiment que nos compagnons à moustache nous aiment (preuve à la clé), ils répondent, en premier lieu, à un besoin primaire d’obtenir quelque chose en retour.

En conclusion, je dirais que personne ne peut savoir ce qui se passe dans la tête d’un chat. J’ai d’ailleurs appris à ne jamais tenter de le faire car ce serait purement subjectif. Je vous conseille plutôt de tenter de comprendre ce qui motive l’animal à agir ainsi. Puis, analyser son comportement face à certains stimulus.

En savoir plus

C’est d’ailleurs en utilisant cette méthode d’analyse que les éthologues parviennent à expliquer certaines réactions émotionnelles des animaux. Il faut donc être très prudent quand on parle de sentiments chez les animaux. En effet, il n’y a pas si longtemps, on pensait que les animaux étaient incapables de ressentir quelque chose.

Pourtant, aujourd’hui, des études ont montré que les animaux sont capable de ressentir certains sentiments comme, la colère, la joie, la frustration, … etc. Bien que le chemin à parcourir pour comprendre les animaux soit encore long, les études actuelles nous aident à mieux comprendre ce qui stimule l’animal à réagir de façon logique, émotive ou instinctive face à certains stimulus.

Je suis une ex « anthropomorpheur »

Dans ma façon d’agir avec mon chat Guinness, j’ai pris récemment consciente que moi aussi j’ai été « anthropomorpheur », si on peut le dire ainsi.

anthropomorphismeMon amour pour mon chat était quelque peu démesuré. Par exemple, cela me conduisait à mal vivre des vacances loin d’elle. Je craignais qu’elle s’ennuie, qu’elle soit malheureuse seule sans moi.

Lorsque j’ai commencé à lire et à me documenter sur le comportement animal (aussi appelé éthologie), j’ai pris conscience de ce concept anthropomorphique. Je n’avais pas d’autre choix que de changer.

Mais, ne culpabilisez pas car nous n’aimons pas moins nos chats pour autant!

Au contraire! Ils nous apportent autant de bonheur qu’avant. Cela peut paraître difficile à comprendre. Mais, même si nous savons qu’ils nous aiment pour ce que nous leur rapportons, ça ne change rien à la nature de notre relation. Simplement, nous en sommes plus conscients. Ces compagnons à poil continueront de nous fasciner et de nous apporter du réconfort. Et cela nous rapporte aussi à nous car cela nous fait du bien. C’est une relation gagnante- gagnante pour l’homme et l’animal.

Nous comprenons maintenant que, lorsqu’ils viennent se frotter sur nous, c’est pour être caressés. Ou pour recevoir une gâterie ou pour avoir une place sur le canapé. Nous savons décoder les méthodes de manipulation de nos petits compagnons pour obtenir quelque chose. Et cela continuera à nous charmer.

On continuera à s’assoir sur le sol parce que notre chat est allongé de tout son long sur le canapé. On continuera à craquer lorsqu’il viendra ronronner sur nous quand nous sommes malades ou tristes.

Nous savons qu’il ronronne pour eux avant tout, mais au bout du compte, cela nous fait du bien aussi.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *